LES HABITUDES ALIMENTAIRES MALGACHES

Les habitudes alimentaires malgaches suscitent des débats passionnés. Dans certaines cultures, le repas représente un simple besoin de survie de l’homme. Dans d’autres le repas est devenu une forme d’art de vivre. Si la variété du choix et la façon de préparer le repas diffèrent, les malgaches font du repas une poésie.

Quelques dictons autour des habitudes alimentaires malgaches 

Voici quelques dictons sur les habitudes alimentaires malgaches. A Madagascar, nous avons une façon très imagée d’exprimer les situations présentes. La traduction de ces dictons n’en est que plus ardue. Je vais m’efforcer de donner le sens le plus proche selon la philosophie malgache. 

  • « Manasa vahiny tsy tonga : Sady voky no afaka adidy ».  »Un invité qui annule au dernier moment ne nous offusque pas car nous ne sommes plus tenus par le devoir et nous mangeons bien »
  • « Tagnana ankavia miandry » ‘’Notre main gauche vous a attendu mais la droite a déjà commencé ». (Pour les personnes qui arrivent en retard au repas) 

Les habitudes alimentaires malgaches et l’art de la table

Dicton sur les habitudes alimentaires malgachesLes habitudes alimentaires malgaches ne font pas parties des sujets les plus faciles à traiter. Tout d’abord il faut tenir compte des 18 ethnies différentes. Ces dernières ont chacune leur spécificité culturelle.  Pour cette raison, je ne parlerai principalement que des habitudes alimentaires de la région du Nord-Est de Madagascar. Je suis originaire d’Antalaha et l’art de la table a évolué. Les citadins mangent avec des fourchettes et couteaux; Alors que dans nos campagnes, nous continuons de manger avec seulement une cuillère. Nos dents font office de couteaux et fourchettes. En outre, lorsqu’on n’a plus de dent, les dictons moqueurs sont légions. Voici mon préféré : « Mivezivezy ny katsaka ambavan’ny antitra ». Traduit par  »Le grain de maïs fait beaucoup de va et vient dans la vieille bouche sans dents. » 🙂

Que ce soit lors des fêtes traditionnelles où nous mangeons dans des feuilles de  »Lingoza » (Amomum angustifolium); Ce qui parfume nos mets et par la même occasion nous évite de faire la vaisselle; Ou bien dans la vie de tous les jours, le riz reste l’aliment de base. En effet, on en mange aux 3 principaux repas de la journée. Voici un exemple d’un repas classique du malgache moyen qui généralement est accompagné d’ une pâte de piment.

Les trois principaux repas dans les habitudes alimentaires malgaches

Au petit déjeuner nous prenons ce qu’on appelle :« Ankera » »Restes de la veille’‘ ou du manioc doux, patates douces, ignames, bananes vertes etc.…Le thé qui est en réalité une infusion de feuilles de  »ravimboafotsy ». Par ailleurs ces feuilles sont mélangées aux feuilles de citronnelles, aux bâtons de cannelle ou encore à du gingembre. Sans oublier le café et bien sûr du lait de zébu quand une vache a un petit.

Au déjeuner par contre, c’est une grosse part de riz accompagné de temps en temps de poisson ou de viande.  Pour ceux qui en ont les moyens la part de viande est plus importante. Mais riches ou pauvres, les malgaches mangent le riz avec le  »ro-mazava’‘. C’est un bouillon de feuilles diverses et variées de moringa, de manioc ou de patates douces. Les achards de légumes ou le rougail de tomate est assez omniprésent. Le tout stimulé par la pâte de piment à la malgache.

Le bon bol de  »rano ampango » est omniprésent. C’est de l’eau bouillie dans la casserole qui a servi à cuire le riz. On a pris soin de brûler le fond de la casserole. Ceci pour parfumer le riz mais aussi pour donner une jolie teinte ambrée à l’eau bouillie. En réalité, le charbon contenu dans le  »rano ampango » prévient d’éventuels dérangements intestinaux. Nos ancêtres étaient docteurs ! 🙂 Nous ne buvons que de cette eau bouillie pour ne pas tomber malade. 

les habitudes alimentaires malgaches

Bol d’ampango au sucre et un verre de rano-ampago pour le goûter des enfants sages

Petite leçon de vocabulaire malgache

Rano qui se prononce ranou veut dire: « De l’eau » et, Ampango qui se lit Ampangou signifie: « Fond de casserole grillé ou brûlé ». Le rano-ampango comme dans le verre sur la photo ci-contre, est cette eau bouillie que l’on boit à longueur de journée. Pour le malgache, il équivaut au vin de table chez le français moyen. L’ampango par contre est les riz du fond de casserole qui a un peu brûlé. Avec du sucre, les enfants en raffolent au goûter ou au petit déjeuner. D’ailleurs en malgache, pour les dents de lait cariées, on parle de: « Nify lanin’ampango ». C’est sûrement en référence à l’aspect de l’ampango que vous voyez dans le bol à gauche. Traduction: Nify veut dire: « les dents »  et lani c’est: « usé par ». Pour résumer, à force d’avoir trop mangé d’ampango au sucre les dents du jeune enfant se sont usées ».

Qu’en est-il du dîner?

Le dîner c’est à peu près la même chose qu’à midi, toujours poussé à coup de  »rano ampango ».

Notre goûter de quatre heure de l’après-midi est généralement fait de racines bouillies salées ou sucrée. Pour les enfants, l’ampango au sucre est une évidence. Néanmoins, après s’être explosé la panse au goûter; Deux heures après nous faisons toujours honneur à la grosse assiette de riz. Mon oncle avait l’habitude de dire que dans le ventre du vrai malgache le riz a une place très spéciale. Et pendant longtemps, je l’ai cru parce qu’on a toujours bon appétit dans ma famille.

Les desserts dans les habitudes alimentaires malgaches

Au dessert ce sont des fruits à volonté à n’importe quelle heure de la journée. Dieu seul sait qu’à Antalaha Madagascar nous avons un large choix de fruits exotiques. En effet, toute l’année on a des fruits connus tels que papayes, mangues, litchis, oranges, mandarines, ananas, canne à sucres. Nous avons aussi des fruits plus exotiques qui sont moins connus. Les jacques, sapota, les prunes Cythère et toutes sortes de baies sauvages, des caramboles et beaucoup d’autres encore. Je n’exagère pas, il y en a vraiment beaucoup.

Il est à souligner que, traditionnellement l’expression :  »Suivre un régime amincissant » n’existait pas vu la faible teneur en calorie de ces aliments. Cependant, le monde moderne nous a apporté tout ce qui peut faire grossir. Malheureusement, nous sommes actuellement en train de réaliser que l’obésité existe déjà dans certaines régions aisées de Madagascar.

Pour conclure, doit-on s’en inquiéter ou en rire ? Car il fut un temps où une femme bien en chair était enviée et faisait la fierté de son époux. Dans le temps, c’était un signe de bonne condition sociale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *