Posts Tagged: Entrepreneure

UNE VIE D’ENTREPRENEURE Part 4/5

L’entrepreneure a des obstacles à franchir.

 » Les obstacles sont les choses effrayantes que vous apercevez quand vous quittez votre but des yeux »  Hannah More

  1. Convaincre les banquiers.
  2. Reconnaître et éviter les prédateurs.
  3. Réagir aux intransigeances des administrations publiques.
  4. Ne pas laisser la vie familiale empiéter dans les affaires.
  5. Bannir l’auto-limitation de son raisonnement.

La vie est un jeu d’obstacle où les plus persévérants gagnent. J’abandonne très rarement puisque la réussite m’en défie. Pour y arriver, le prix à payer est cher mais ça en vaut le coût. Le risque très élevé de perdre des amis ou des pseudo amis est très fort. Avec le temps et de l’expérience, j’ai fini par comprendre que je préfère nettement être seule que mal accompagnée.

Les institutions telles que les banques, l’administration, sont vraiment intransigeants sur leur principe…Sauf qu’elles commettent aussi des erreurs et c’est la croix et la bannière pour avoir gain de cause. J’ai connu des avocats véreux, des huissiers malsains, un compagnon de vie profiteur, avide et cupide. Sans compter ceux que j’appelle des arnaqueurs officiels : Je cite tous ceux qui essayent de faire signer des contrats abusifs au nom du professionnalisme.

L’auto-limitation reste la pire des obstacles qu’il fallait que je combatte coûte que coûte. Je reconnais avoir imaginé des barrières alors que justement pour réussir, il fallait que je me surpasse et ne me laisse pas envahir par ces idées préconçues par la société. Voici quelques exemples de stupidités d’auto-limitation. « Je ne vais pas créer une entreprise parce que je n’ai pas assez d’apport »,

« Je ne m’inscris pas au club de golf parce que je suis noire »,

« Dans les réunions d’entreprise malheureusement à prédominance masculine, je ne prends pas la parole parce que je suis une femme faisant partie de la minorité »

Aujourd’hui, sans complexe, je ne m’attarde plus sur ces considérations bassement sociétales et vais parler d’égal à égal avec tout mon environnement économique.

Je vous invite à commenter et à me faire part de votre propre expérience qui, je n’en doute pas, est très passionnante.
N’hésitez pas à partager ce lien vers les réseaux sociaux de votre choix pour faire profiter à d’autres amis.
Veloma ou à bientôt pour un autre sujet qui nous concerne tous!!

 

UNE VIE D’ENTREPRENEURE Part 3/5

Le devoir absolu de la femme entrepreneure.

  1. Par tous les moyens, se former et acquérir une connaissance vaste et diversifiée de son environnement macro-économique.
  2. Encourager les bonnes initiatives au sein de son équipe.
  3. Échanger régulièrement avec tous les partenaires pour être plus réactive face aux aléas de la vie d’entreprise.
  4. Adopter un comportement éthique digne et respectable pour être un modèle pour la jeune génération d’entrepreneures.
  5. Observer et écouter avant d’agir.

Étant entrepreneure autodidacte, j’ai dû fournir plus d’énergie que la moyenne. J’ai puisé cette énergie dans mon désir de réussir. Je me suis évidemment souvent trompée dans mes choix mais au lieu de me décourager je me relevais plus motiver que jamais.

Si celles qui ont réussi plus facilement ont reçu une meilleure éducation que moi, qu’à cela ne tienne ! Je m’éduque à ma façon. J’ai toujours un livre à portée de mains et lis avidement lors de mes pauses et ne m’endors jamais sans avoir lu quelques lignes. Je lis de tout, en français ou en anglais : Les biographies, les essais, les journaux économiques ou de simples romans. La lecture est un excellent vivier de savoir.

Dans notre monde aujourd’hui, l’accès à internet est encore meilleur puisque je peux apprendre beaucoup de choses grâce aux multitudes de tutoriels disponibles sur les vidéos gratuites. J’ai accès à de précieux informations sur tous les sujets qui m’intéressent.

À quarante-cinq ans, grâce à un système de valorisation d’acquis, j’ai même repris mes études en Gestion des Administrations et des Entreprises à l’Institut Universitaire Paul Sabatier de Toulouse pour deux ans où je me débrouille plutôt très bien pour une personne qui a dû quitter l’école à la fin du collège pour un manque d’argent. Et malgré mes plus de vingt ans d’expériences, je découvre encore et apprends des choses qui m’auraient bien aidé dans des situations passées et dont je m’en servirai pour la suite de ma carrière. Il n’y a pas d’âge pour apprendre, tout est question de priorité.

Je vous invite à commenter et à me faire part de votre propre expérience qui, je n’en doute pas, est très passionnante.
N’hésitez pas à partager ce lien vers les réseaux sociaux de votre choix pour faire profiter à d’autres amis.
Veloma ou à bientôt pour un autre sujet qui nous concerne tous!!